Les AVC chez le chien

L’accident vasculaire cérébral (AVC) chez les humains est une pathologie bien documentée dont on connaît les causes et surtout les conséquences. En général, il est la résultante d’un processus pathologique qui compromet l’apport sanguin au cerveau soit par occlusion (thrombo-embolie) ce qui provoque de l’ischémie cérébrale, soit par rupture de la paroi vasculaire (hémorragie cérébrale).

En médecine vétérinaire, l’utilisation de plus en plus fréquente de l’imagerie par résonance magnétique, nous permet d’en savoir un peu plus sur les AVC des chiens. Il y a quelques mois, une étude publiée dans le Journal of Small Animal Practice, nous indique en effet que les chiens peuvent eux aussi souffrir de cette pathologie, en particulier les cavalier King Charles et les épagneuls, plus prédisposés en raison des troubles cardiovasculaires récurrents observés chez ces races. Par contre, la ramification vasculaire des humains étant légèrement différente de celle des chiens, le cerveau de l’espèce canine bénéficie d’un apport sanguin plus important, ce qui les protège davantage des occlusions artérielles.

Chez les humains, l’athérosclérose associée à l’épaississement de la paroi des artères cérébrales et leur obstruction par des plaques d’athérome est l’une des principales causes des AVC. Du côté des chiens, l’athérosclérose est une affection rare et l’hypertension qui y est associée chez les humains est beaucoup moins fréquente chez cette espèce. En fait, la majorité des thrombo-embolies, diagnostiquées par autopsie chez les chiens, serait causée par des thrombus, des parasitaires, des métastases ou d’origine fibrocartillagineuse.

{loadposition pub}

Le pronostic des accidents vasculaires cérébraux dépend essentiellement de la localisation de la lésion, mais aussi de celles qui y sont associées et de la cause initiale. La bonne nouvelle, c’est que la plupart des chiens récupèreraient leurs fonctions normales en quelques semaines avec un traitement palliatif.

Toutefois, en médecine vétérinaire, nous n’en sommes qu’au début de la recherche sur les AVC canines. Nul doute que d’ici quelques années, nous serons en mesure d’en connaître un peu plus, non seulement sur les traitements, mais aussi sur la prévention.

Voter
We will be happy to hear your thoughts

Leave a reply

Rémi Guérin : éducateur canin et comportementaliste pour chien