mercredi, 04 juillet 2018 07:20

L'américan staffordshire terrier

Évaluer cet élément
(1 Vote)
L'américan staffordshire terrier

Sans aller plus avant, il convient de préciser qu’en ce qui concerne l’American Staffordshire Terrier, il n’y a pas eu, à proprement parler, de «  création » mais plutôt une « continuation, une évolution de celui-qui se traduit par sa reconnaissance officielle auprès des instances cynophiles américaines puis internationales.

L'american staffordshier terrier fait partie des races de chiens du groupe 3.

Staffie ou pas Staffie ?

 Voilà la premier pierre d’achoppement à la théorie française (celle qui veut que l’American Staff. descende directement du Staffordshire Anglais). La seconde prend la forme d’un commentaire énergique de M.Richard Gray, président du STCA (Staffordshire Terrier Club of America),  éleveur sous l’affixe ROUNDER depuis 1966 et producteur de quelques-unes des légendes de la race telle que Ch. Ruffian Gentleman Gem, Ch. Rounder’s Top Sergeant ou encore Ch. Rounder’s Blue Berry Hill : “[…] je peux affirmer que la formation de l’American Staff n’a rien à voir avec le Staffordshire Bull Terrier!” Et pour cause, puisque, contrairement à ce qui est généralement  écrit, le Staffie n’a eu qu’une infime incidence dans la sélection du Pit Bull américain, celle-ci étant principalement basée sur des chiens importés d’Irlande (Irish Pitbull ou Old Family) et quelque peu d’Ecosse (Blue Poll) à une époque ou le Bull Terrier du Staffordshire ne représentait qu’un type d’English Staff parmi d’autres.

En fait, les éleveurs irlandais de Bull and Terrier furent les premiers à quitter l’Europe pour le nouveau continent et ainsi les noms de Armitage, Burke, Colby, Concoran, Ferguson, Mc Clintock ou Tudor devinrent synonymes de lignées et incontournables dans le monde du Pit Bull « made in USA».

 

LA « COLBY LINE »

Sans doute l’un des acteurs principaux dans le développement et la reconnaissance de l’American Staffordshire Terrier, John Prichard Colby fut aussi l’un des premiers, sinon le premier (1890), à  définir un programme de sélection stricte à partir des meilleurs pitdogs de l’époque et à tenir un stud-book personnel dans lequel chaque saillie, naissance, pédigrée et description des étalons, lices et progénitures était rigoureusement notés.

John P. Colby aura son premier Pit Bull Terrier à l’âge de 8 ans, en 1883, et quelques années plus tard, en 1889, du haut de ses 14 ans, il entreprit de fonder sa propre lignée.

Très jeune mais non dénué de caractère, de maturité et surtout de passion, il sut, dès le commencement, rassembler dans un même noyau le must de la race et bientôt des noms prestigieux tels que Galvin’s PUP, Racine’s DANGER, Lloyd’s PILOT, The Gas House Dog, Mitchell’s PADDY, Quigg’s BOXER, BOB the FOOL, IMPORTED RAFFERTY, Edward’s GALTIE, Hutton’s PRINCE IRELAND, Mc Carty’s BLIND DOG, etc., se bousculèrent dans ses pédigrée.

C’est pourquoi il fut, de tout temps et par tous, considéré comme le personnage le plus important et influant du Pit Bull et c’est aussi pourquoi on fit appel à son expérience, ses connaissances et sa notoriété lorsque fut engagée dans les années 30 auprès de l’AKC, une action pour la reconnaissance de la race : « Le nom de John P. Colby est parmi les leaders dans le monde du Staff et jamais l’histoire de cette race ne sera complète sans référence à cet homme et à ses chiens » (in :Dog World Magazine, 1941).

AKC Vs UKC

L’autre monstre sacré dont le rôle, prédominant, est par trop souvent minimisé quand il n’est pas simplement ignoré en France est M. Chancy Z. Bennet.

Nous sommes aux Etats-Unis en 1898, alors qu’il vient de fonder l’United Kennel Club (UKC), une association dissidente qui n’en demeure pas moins le plus important site d’enregistrement de races canines du monde, juste après l’AKC.

CZ. Bennet n’a qu’un dessein, celui de donner à sa race de prédilection, le Pit Bull Terrier, la structure à laquelle elle droit afin, qu’en plus d’un standard de sélection (morphologique) soient conservées par écrit, l’ascendance et la descendance des sujets répertoriés.

En effet, à cet époque, rares sont ceux qui tiennent un registre de leur travail de sélectionneur, les pédigrée n’existent, la plupart du temps, que dans les mémoires des éleveurs, se perdant à tout jamais au décès de ces derniers.

Gestion, conservation, développement, étaient ses seules motivations.

Ce qui apparut le plus difficile à faire accepter aux différents éleveurs fut l’obligation de soumettre leurs chiens à un standard alors que l’aptitude appelée « gameness » (courage), l’ultime qualité chez les combattants, n’avait aucune corrélation avec le physique.

Bennet argumenta qu’au delà de la valeur, de la hardiesse d’un champion, il avait remarqué que tous possédaient des similitudes dans leur constitution qui leur permettaient d’être plus endurants, plus rapides et plus puissant.

Enfin, il proposa aux amateurs de « Pitbull dogs, Bulldogs, Pit Terrier, Bull Terrier (américains) et autres pitdogs » (ce sont les mêmes) de appeler  « American (Pit) Bull Terrier », le mot « Pit » mis entre parenthèses.

Voyant que l’UKC se développe quasi instantanément, l’AKC, son premier concurrent, ne veut être en reste devant cette influence de demandes d’enregistrement, une véritable manne, et c’est ainsi que dès le début du siècle dernier, des Pit Bull feront leur entrée dans les très officiels registres de ce club, comme en témoigne la liste suivante, inédite en France :  « Robinson’s PADDY, NAIMOUR, Jack The Ripper ll, Colby’s TIM, PLUNGER, Corbett’s PADDY, etc. »…

Le point commun de tous ces chiens : avoir été produits par John P.Colby ! 

Les 4 lignées les plus importantes

Lignee crusader

L'élevage CRUSADER KENNEL débuta en 1950 par IKe et Jean Stinson de Fayetteville en Georgie . Pendant de nombreuses années les Stinsons produisirent plusieurs chiens des plus exeptionnels du pays.

En 1955, Ch Gallant Ruff's Susie Q ( Ch Gallant Ruff x Flash's Flashionette ) fut saillie par Ch Rossmore's Naughty Knight ( Chita's Michael O'Day x Carmelita de Chatsword ) , il fut possédé par Gladys Smith et produit par Dorothy Shaffer.

De ce mariage virent le jours trois magnifiques specimens : Ch Knight Crusader ( photo de droite ), Ch Knight Bomber et Ch Knight Patroler.
Bomber fût jusqu'en 1975 le numéro deux des Show Dog de la race.

Exposé 63 fois, son record inclu 36 placements dont 9 fois premier.
En 1958 il remporta la N.S. Il décèda tragiquement à l'âge de trois ans au Texas.

Ch Knight Crusader, aprés avoir emporté la place de numéro un des Show Dog avec 51 placements dont 14 fois premiers et deux best in show.

Ce reccord ne fût pas dépassé depuis 1975. Crusader remporta la N.S trois années concécutives et produisit 11 champions.

Ch Knight Crusader contribua grandement au développement de la lignée CRUSADER et aux autres lignées bien entendu.

Mariéà la CH Lylane Blue Tango, ils produirent Ch Archer's Debonaire of Lylane et Crusader Bold Ruller. L'influence de Debonaire sur les staffs california fût considérable.

 Le fils de Crusader : Ch Gallant Kimbo ( ex Gallant Stormy ) fût un mâle exeptionnel détenu par E.C Ringold of Decartur , Georgie. Ike Stinson fût actif longtemps au " Staffordshire Terrier Club Of America ", et servi à la barre des directeurs jusqu'à sa mort en 1976; Jean Stinson continua de garder son interêt royal pour la race.

Lignee x-pert

La lignée X-Pert remonte aux premiers pedigrees des chiens Colby, Feely, Corrington, Tudor et Morris. Le nom "X-Pert" me fut suggeré par l'éleveuse J.B Van Vilet.

Mon épouse Alberta et moi-même sommes éleveurs d'Amstaff depuis 1930, et ces 60 années d'élevage ont eût un profond effet sur la fixation du type de l'Amstaff moderne.

Une femelle trés importante des premiers pedigrees X-Pert fut Ormsby's Madge , qui naquit en 1930 de l'accouplement de Bennet's Mack et de Bennet's Queen (élevage Corrington).

Le colonel Henry Schuhmann de Louisville dans le Kentucky, qui utilisait notre nom "X-Pert", aprés avoir perdu ses chiens dans une innodation en 1935 a recommencé avec ma  femelle X-Pert BLack DaisY.

En 1944, Schuhmann produisit X-Pert Gallant Betty, une chienne blanche tachetée de noir née de Buddy of Eliot et de X-Pert Black Daisi.

Buddy of Eliot est le fils de Harri's Prince of Felton et de Harri's Princess of Felton

En 1946 Schuhmann accouple Betty et X-pert Black Ace II et donne ainsi naissance au grand CH. X-Pert Brindle Biff  et son frere CH. X-Pert Buddy de Louisville.


Brindle Biff était blanc avec des taches bringées et pesait environ 27Kg, alors que Buddy n'en pesait que 24.


Brindle Biff produisit dans sa vie 13 champions, et il a sûrement été notre mâle préféré.
Pour l'élevage X-Pert l'année 1949 fût une année extraordinaire, car les 5 premières places de chaque classe fûrent gagnées par des chiens X-Pert.

Will Judy, l'éditeur de la revue "Dog World Magasin", rapporta alors que rien de tel ne s'était jamais produit dans aucune race et aucune exposition Américaine.

Même le Docteur Carroll Roll de Louisville a élevé sous l'affixe X-Pert, et a obtenu d'excellents chiens, parmis lesquels le grand champion X-Pert Pedro Escopeta né en 1954.

L'apogée de la lignée X-pert a été atteint en 1975 quand Mr A.D Amisano a accouplé X-Pert Brindle Tiger et X-Pert Brindle Nelly.

De ce mariage nacquirent le "X-Pert" CH.Sligo Mc Carthy qui en 10 ans de vie produisit 32 champions de beauté."

Cf : Clifford Ormsby 1994

Lignee tacoma

La lignée tacoma a débuté en 1927 par le mariage du regretté Charles Doyle of winamac de l' Indiana qui donnèrent naissance à Tacoma Jack qui fut possédé par Al brown. en utilisant Tacoma jack et Brown's judy Mr Brown a produit un grand nombre de chiens exceptionnels et en particulier Tacoma Jack Replica .

Plusieurs de ces chiens ( Tacoma Jack inclus ) furent envoyés à Charles Doyle. Il maria ces chiens avec d'autres au sang de Corvino tel que Corvino's braddock et Corvino's shorty.  

 Certains chiens qui ont marqué l'histoire de cette lignée sont: 
  • Ch Young Joe Braddock
  • Ch Doyles Tacoma Dispacher I.
  • Ch Doyles Tacoma Dispacher II
  • Ch Kane's Tacoma Blaze
  • Ch Tacoma All-A-Blaze
  • Ch Tacoma Frivolous produit produit par Oward et Janice Hadley.

Beaucoup de ces chiens Tacoma furent important pour les autres lignées. 

Mr Doyle, fut actif au sein du National Club, en tant que membre et secrétaire.

De toutes les lignées, les chiens de la lignée Tacoma , sont incontestablement les chiens qui détiennent tous les records de courage et de ténacité , tous les grands noms de l’époque (éleveurs) sont unanimes là dessus .

Et aujourd’hui c’est la majorline qui reste la plus pure , mais en inscription UKC, un éleveur a su la préserver la plus proche possible de ses origines.  

Cela a debuté avec Denver Red et Slattery's Rose , issus de souches trés consanguines de Bruce's et Feeley's , donc la base du Tacoma est trés consanguine et le fut encore par la suite avec des mariages inbreeding et linebreeding , Charles Doyles Of Winamac fut le créateur de la lignée Tacoma . 

Un des chiens phare de son élevage fut Doyle's kentucky Belle.

Lignee ruffian

Le Champion The RUFFIAN pillier de la bloodligne, fut produit par M. Harriman de Detroit a étéélevé par F.C. Klump son propiétaire de Plymouth, . Il est né en 1938 sa sélection avait débuté en 1930 .

The RUFFIAN était un chien bringé panaché de blanc pesant à peu prés 27 kilos.

La femelle Calamity Ann, appartenant aussi À M. Harriman, était une fille de Schroeder's Jiggs x Schroeder's Kay.

THE RUFFIAN et CALAMITY ANN ont donné : Ch. Ruffian Our Teenie et Ch. Ruffian Headlight Hal.

M. Harriman a alors combiné Ch. Ruffian Our Teenie à Ch .Martin "s Tony ce qui donna Ch. RUFFIAN Walkaway et RUFFIAN Ch Dreadnaught. Harriman a gardé Walkaway et a envoyé Dreadnaught à Mme. W.D Peggy Harper de San Antonio, Texas. (l'élevage TONKAWA existe encore et produit encore de superbes chiens issus de cette lignée.

Bien que ces deux femelle ne furent jamais montrées à cause de dépigmentation de la truffe et de stress, elles ont toutes deux joué un GRAND ROLE dans la poursuite du développement de la lignée.

 Dans les mains de M. Whitaker elles ont été employé dans deux étapes extrêmement importantes qui vont fixer la lignée RUFFIAN . Pepperduster a été acoupléà son oncle maternel, Ch. RUFFIAN Walkaway  et a donné le magnifique Ch. Ruffian Ruff qui a été vendue à M. E.C Ringold de Decatur, en Georgie. Puddinpie Puddinpie Blue Smoke a été saillie aussi par Walkaway : cette multiplication a produit Ch. JOLLY Scamperpuss, la première chienne à gagner la "National Specialty of the Staffordshire Terrier Club of America". M. Whitaker a alors remis JOLLY Scamperpuss sur Gallant Ruff et a produit Ch. Joll camp Blueguard .

Ces diverses reproductions en consanguinité ont formé la base de la ligne RUFFIAN et sont toujours visibles dans les pedigrees de chiens RUFFIAN.
On peut dire que Clayton Harriman et Bill Whitaker ont ETABLIS la lignée qui devait être continuée si habilement par Mr et Mme. Harper (élevage TONKAWA. l'élevage Har-Wyn de San Antonio a été pendant de longues années le plus grand producteur de CHAMPIONS US. 
Parmi lesquels Ch Sky King of Har-Wyn (un cross line X-pert des plus réussis), gagnant par trois fois la national specialty : Ch.Ruffian Hercules of Har-wyn , the all - Top reproducteur qui donna un nombre énorme de US champions : et Ch. Ruffian Red Rock of Har-Wyn ( photo de droite ), le top du top des Show Type dans l'histoire de la race.

E.C Ringold élevage GALLANT a pendant trés longtemps et avec seulement quelques chiens, produit des chiens Champion US ayant un tempérament remarquable et une intelligence énorme, des qualités reconnues par tous. M. Ringold commence son programme d'élevage par l'acquisition de Ch. Gallant Ruff. Les années suivantes, ses chiens ont maintenu un type très proche à la lignée RUFFIAN. Puis en incorporant du sang de la lignée CRUSADER avec Ch. Knight Crusader et son fils Ch. Gallant Kimbo celui apparaît en évidence dans tous les pedigrees actuels portant le préfixe "Galant".

Knight Crusader et Gallant Kimbo ont vécu en bonne santé et en concervant toutes leurs qualités jusqu'à un age très avancé.

La lignée RUFFIAN reçoit aussi une forte influence California par des chiens comme Mounthaven Tiara of Lylane , Ch. Ruffian Rudy of Har-Wyn ( le père de Ch. Indian Doc et de Ch. Archer"s Dare Devil ) , et aussi à travers Ch .Mounthaven Tex of Har-Wyn , "Tiara""Rudy" , and "Tex" appartenaient à Howard et Janice Hadley, Ch. Indian Doc et Ch. Archer"s Dare Devil on étéélevé par Dorothy Archer.

Avoir un American Staffordshire Lof

Un American staffordshire terrier, est à sa naissance, inscrit au Livre des Origines Français (L.O.F.). Cette un arbre généalogique canin, géré par la Société Centrale Canine, constitue le registre de tous les chiens de race. Grâce à lui, il est possible de connaître les origines d'un animal, de retrouver ses ascendants ou ses descendants. Ce suivi est un gage de qualité pour l’acheteur et une obligation pour les American Staffordshire Terrier (loi 01/1999).

Certificat de naissance : un pedigrée provisoire - LOF

Un chiot american staff., issus de parents eux-mêmes déjà inscrits au L.O.F et ayant été confirmés avec succés, reçoit dans un premier temps un certificat de naissance. L’éleveur doit remettre ce document à l’acheteur d’un chiot, accompagné de la carte d’identification (tatouage ou puce électronique), carnet santé, attestation de vente. 

Un pedigrée définitif, comment l'obtenir

L'American Staff. doit se présenter à l'examen de confirmation à partir de l'age de 12 mois.Un expert confirmateur (juge officiel de la société centrale canine) vérifie sa conformité au « standard » (caractéristiques morphologiques) de sa race. Il détermine aussi si l’animal est bien équilibré.
Si la confirmation est accordée, un formulaire d'examen de confirmation est remis. Il doit être renvoyé avec le certificat de naissance et un chèque de 21 euros à la Société Centrale Canine. Le chien est alors inscrit au L.O.F.à titre définitif et reçoit son pedigree.
Pour connaître les dates de confirmation, il convient de s’adresser à la S.C.C  ou evidament à votre éleveur, Elle on géneralement lieu lors d’ exposition canine.

Le pedigrée et les informations concernant votre amstaff

Ce document permet d’en savoir plus sur le chien concerné. Y sont inscrits son nom, sa race, son sexe, sa description, sa date de naissance, les noms de son producteur et de son propriétaire ainsi que ses numéros d’inscription au L.O.F et d’identification. Les noms de ses ascendants (parents, grands-parents…) y figurent également, sur trois générations au moins.

La lois et l'amstaff

Nous allons parler maintenant des lois concernant ce chien de deuxième ou première catégorie.

Les chiens de 1ère catégorie sont les chiens dits d'attaque 

Ce sont les chiens non inscrits à un livre généalogique (LOF)  reconnu par le ministère en charge de l'agriculture, et dont les caractéristiques morphologiques peuvent être assimilées aux chiens des races suivantes :

  • Staffordshire terrier ou American Staffordshire terrier (chiens dits "pit-bulls"),

  • Mastiff (chiens dits "boerbulls"),

  • Tosa.

A noter : la race Staffordshire terrier est l'ancienne dénomination de la race American Staffordshire terrier (à ne pas confondre avec le staffordshire bull terrier ( staffie) qui n'est pas catégorisé s'il est inscrit au LOF).

Chiens de 2ème catégorie : chiens de garde et de défense

Ce sont les chiens :

  • de race  American Staffordshire terrier (inscrits au LOF),

  • de race Rottweiler (inscrits ou non au LOF),

  • de race Tosa,

  • non-inscrits à un livre généalogique reconnu par le ministère en charge de l'agriculture, et dont les caractéristiques morphologiques sont assimilables aux chiens de race Rottweiler.

ATTESTATION D’APTITUDE OBLIGATOIRE

 Pour obtenir son permis de détention, le propriétaire ou détenteur d’un chien de 1ère ou de 2ème catégorie , s’il est autoriséà détenir ce type de chien , doit être titulaire d’une attestation d’aptitude à la détention de chiens catégorisés sanctionnant une formation portant sur l’éducation et le comportement canins, ainsi que sur la prévention des accidents.

Les questions communes sur l'amstaff :

la race staffordshire bull terrier est elle concernée par la législation française ?

Le texte de l'arrêté d'avril 1999 indiquait : "relèvent de la première catégorie [...] les chiens assimilables par leurs caractéristiques morphologiques aux chiens de race staffordshire terrier [...] Relèvent de la deuxième catégorie [...] les chiens de race staffordshire terrier".

Cette ambiguïté dans la dénomination de la race (preuve de la certaine précipitation dans la construction du texte) a conduit, pendant longtemps à laisser à penser que le staffordshire bull terrier, cousin de l'american staffordshire terrier, était concerné par la loi de 1999.

Cette ambiguïté est aujourd'hui officiellement levée par les autorités, et ce à plusieurs reprises, qui ont précisé que "les chiens de type staffordshire bull terrier ne sont pas concernés par l'arrêté du 27 avril 1999".

Les sources sont les suivantes :

  • question écrite n° 47948 du 19 juin 2000 de madame Anne-Marie IDRAC à monsieur le Ministre de l’Agriculture et de la Pêche et réponse correspondante dudit ministre publiée au JO de l’Assemblée Nationale du 5 février 2001, page 774 ;
  • Lettre du 4 janvier 2002 de monsieur Jean GLAVANY, Ministre de l’Agriculture et de la Pêche
  • Lettre du 22 juin 2005 de monsieur Laurent SOLLY, chef de cabinet du Ministre de l’Intérieur et de l’Aménagement du Territoire.

Il est donc clair qu'un chien staffordshire bull terrier LOF ne relève pas de la deuxième catégorie.

Par contre, il y a fort à parier qu'un chien staffordshire bull terrier non LOF relèverait de la 1ère catégorie étant donnée les caractéristiques morphologiques figurant dans l'arrêté du 27 avril 1999.

la race english bull terrier est elle concernée par la législation française ?

Le bull terrier LOF ne figure pas dans la liste des races figurant en deuxième catégorie.

Qu'en serait il d'un bull terrier non LOF ?

Telle qu'est rédigé l'arrêté du 27 avril 1999 et pour peu que le chien en question, bien que non LOF, présente bien cette tête si caractéristique de cette race (en forme de ballon de rugby), un bull terrier non LOF ne relève pas de la loi sur les chiens dits dangereux.

En effet, dans l'énumération des caractéristiques morphologiques des chiens qui peuvent relever de la première catégorie (voir cette page), il est toujours fait état d'un stop plus ou moins marqué.

la confirmation est elle obligatoire pour prouver que son american staffordshire terrier ou son tosa est LOF ?

Non. Un chien american staffordshire terrier ou tosa issu de deux parents inscrits au LOF est nécessairement LOF lui-même. A ce titre, il dispose de ce que l'on appelle le LOF provisoire. Ce document suffit à lui-même pour prouver qu'il est un chien de race.

Il est inutile de faire procéder à sa confirmation (qui est simplement une sorte d'autorisation à la reproduction).

Ceci est bien sur valable si et seulement si le producteur a rempli les formalités qui lui incombaient : déclaration de saillie, déclaration de portée. Avant d'acheter un chiot, ce sont deux vérifications minimum à faire auprès de lui.

le bouledogue américain est il concerné par la législation française sur les chiens dits "dangereux" ?

Le bouledogue américain n'est pour l'instant pas une race reconnue par la Fédération Cynologique Internationale (FCI).
La race est donc "uniquement" gérée par différentes sociétés canines américaines et européennes qui délivrent des pedigrees. Le plus connu est l'United States American bulldog Club (USABC). On trouve aussi le NKC, l'UKC ou l'EABC pour les plus connus.

Par rapport à la loi de 1999, on peut déjà dire que le boul'am ne relève pas de la 2ème catégorie des chiens dits dangereux (puisqu'il n'est pas listé dans cette catégorie).

Pour la 1ère catégorie, l'arrêté parle d'apparence morphologique de chiens qui ne sont par ailleurs pas inscrits à un livre généalogique reconnu par le ministère de l'agriculture et de la pêche.
On pourrait donc penser que le boul'am inscrit à un livre généalogique ne relève pas de la 1ère catégorie, que sa détention n'est bien sur donc pas interdite et, enfin, qu'il ne relève pas de la loi sur les chiens dits "dangereux". Donc, pas de muselière, pas de déclaration en mairie, etc.

Toutefois, ce n'est pas si simple : l'inscription à un livre généalogique ne garantit pas l'exclusion de la 1ère catégorie. Par contre cela permet de prouver que le chien en question est bien un bouledogue américain et donc d'en référer à l'existence légale d'un club de race et aux divers documents que le Club Français du Bouledogue Américain (CFBA) a pu réunir (autorisations de DSV pour l'organisation de shows, courriers de la DGAL et de la SCC...).

Mais si on voulait être tout à fait dans les clous il faudrait réaliser une diagnose morphologique pour chaque boul'am en insistant sur les différences avec les critères morphologiques définis dans l'arrêté du 27 avril ! Ce qui en pratique est bien sur impossible...

faut il aller tous les ans à la mairie pour mettre à jour la déclaration de son chien en 1ère ou 2ème catégorie ?

L'article L.211-3 du code rural indique : "la détention de chiens mentionnés à l’article 211-1 est subordonnée au dépôt d’une déclaration à la mairie du lieu de résidence du propriétaire de l’animal ou, quand il diffère de celui de son propriétaire, du lieu de résidence du chien. Cette déclaration doit être à nouveau déposée chaque fois à la mairie du nouveau domicile.

  1. II. - Il est donné récépissé de cette déclaration par le maire lorsque y sont jointes les pièces justifiant :
  • de l’identification du chien conforme à l’article 276-2 ;
  • de la vaccination antirabique du chien en cours de validité ;
  • pour les chiens mâles et femelles de la première catégorie, le certificat vétérinaire de stérilisation de l’animal ;
  • dans des conditions fixées par décret, d’une assurance garantissant la responsabilité civile du propriétaire du chien ou de celui qui le détient, pour les dommages causés aux tiers par l’animal. Les membres de la famille du propriétaire ou de celui qui détient l’animal sont considérés comme tiers au sens des présentes dispositions.

III. - Une fois la déclaration déposée, il doit être satisfait en permanence aux conditions énumérées au II."
 Cela veut donc dire deux choses :

  • pour faire la déclaration et obtenir le récépissé les documents à fournir doivent être en cours de validité ;
  • il doit être satisfait en permanence aux conditions concernant ces documents (c'est à dire les avoir à jour) et ce en cas de contrôle, bien sur.

Cela veut donc dire qu'il n'y a aucune obligation à aller tous les ans remettre à la mairie ou aux forces de l'ordre certificat de vaccination et attestation d'assurance à jour. Le tout est de pouvoir présenter ces documents à jour en cas de contrôle.

à partir de quel âge un chien de 1ère ou 2ème catégorie doit il porter la muselière ?

L'article L.211-5 du code rural indique : "Sur la voie publique, dans les parties communes des immeubles collectifs, les chiens de la première et de la deuxième catégorie doivent être muselés et tenus en laisse par une personne majeure"
Tel que cela est rédigé, cela veut donc dire quel que soit l'âge.

y-a-t-il des critères quant à la muselière : taille, forme, etc ?

L'article L.211-5 du code rural indique : "Sur la voie publique, dans les parties communes des immeubles collectifs, les chiens de la première et de la deuxième catégorie doivent être muselés et tenus en laisse par une personne majeure"

Aucun critère n'est fixé, le modèle de muselière est donc libre dans la mesure où elle remplit sa fonction : empêcher de mordre.

Une mairie peut elle refuser à un propriétaire de venir déclarer son chien de 1ère catégorie ?

De plus en plus de mairies refusent à des propriétaires d'enregistrer la déclaration de leur chien de 1ère catégorie au motif que, nous citons, "ces chiens ne devraient plus exister depuis 1999".

Elles font ainsi courir le risque à ces propriétaires d'être sanctionné pour non déclaration de leur chien en mairie : pour mémoire, 135 euros d'amende.

Ce refus est généralement suivi d'un odieux chantage : "vous nous laissez euthanasier votre chien, et on en restera là".

La loi est très claire sur ce point :

L'article L.211-14-II du code rural indique : "Il est donné récépissé de cette déclaration [la déclaration en mairie] par le maire lorsqu'y sont jointes les pièces suivantes ...". Suit l'énumération des pièces à fournir selon que l'on détient un chien de 1ère ou 2ème catégorie.

Une circulaire ministérielle adressée aux préfets est d'ailleurs très claire sur ce point.

C’est une circulaire du ministère de l’intérieur et de l’aménagement du territoire et du ministère de l’agriculture et de la pêche.

Elle est datée du 3 mai 2007 et a pour référence NOR INT D 07 00054 C

Elle indique : « le maire est tenu de délivrer récépissé dès lors que les pièces prévues à l’article L.211-14 du code rural sont fournies par le propriétaire à l’appui de sa déclaration ».

Un chien dit dangereux qui est classé 1 suite à l'évaluation comportementale doit il la subir à nouveau ultérieurement ?

L'article D.211-3-3 du Code Rural qui dispose que :

"Le propriétaire ou le détenteur d’un chien mentionnéà l’article L. 211-12 est tenu de renouveler l’évaluation comportementale prévue à l’article L. 211-14-1 dans les conditions définies ci-après :

  • Si l’évaluation comportementale conclut que le chien est classé au niveau de risque 2, elle doit être renouvelée dans un délai maximum de trois ans ;
  • Si l’évaluation comportementale conclut que le chien est classé au niveau de risque 3, elle doit être renouvelée dans un délai maximum de deux ans ;
  • Si l’évaluation comportementale conclut que le chien est classé au niveau de risque 4, elle doit être renouvelée dans le délai maximum d’un an."

En conséquence, le propriétaire n'est pas juridiquement tenu de renouveler l'évaluation si son chien est classé au niveau 1.

C'est incontestable.

Confrontéà ce cas, un propriétaire doit :

  • demander au vétérinaire de corriger son rapport et notamment ses conclusions ;
  • transmettre copie de sa demande à l'Ordre National des Vétérinaires.

J'ai suivi de nombreux cours d'éducation avec ma chienne rottweiler et ça avant le décret, je suis donc dispensée du permis ? Quel document l'éducateur doit il me fournir ?

L'article 4 de l'arrêté du 8 avril 2009 prévoit que "l’engagement d’un suivi éducatif, avant l’entrée en vigueur du présent arrêté, d’un chien mentionnéà l’article L. 211-12 du code rural auprès de formateurs agréés dans le domaine de l’éducation canine pour une durée d’au moins dix heures équivaut à la formation".

L'arrêté ayant été publié au JO du 2 mai 2009, il est donc entré en vigueur le lendemain (soit le 3 mai 2009). Les propriétaires qui à cette date sont donc en mesure de prouver (factures, etc.) qu'ils étaient engagés dans un processus éducatif peuvent donc demander à leur éducateur de leur délivrer l'attestation d'aptitude. Toutefois, ils doivent s'être engagés dans ce processus éducatif APRES la sortie de la loi 2008-582, soit après le 21 juin 2008.

La circulaire interministérielle du 23 juin 2009 est venue préciser que si le propriétaire a suivi la formation auprès d'un éducateur qui n'a pas demandé son habilitation, il peut se rendre chez un formateur qui lui dispose de cette habilitation, et sur production de la facture, obtenir la délivrance de l'attestation d'aptitude.

Pourriez vous me dire, en ce qui concerne la formation pour les propriétaires de chiens catégorisés, si il est exact que les professionnels (éducateurs par exemple) n'ont pas à faire cette formation ?

L'article 3 de l'arrêté du 8 avril 2009 prévoit que "l’agrément des formateurs vaut attestation d’aptitude pour les formateurs qui détiennent un chien tel que mentionnéà l’article L. 211-12 du code rural".

Les éducateurs, comportementalistes, etc., si ils possèdent un chien de 1ère ou 2ème catégorie, sont donc dispensés de suivre la formation et par voie de conséquence d’obtenir l’attestation d’aptitude si et seulement si elles ont obtenues l’agrément préfectoral pour délivrer la formation.

Ces personnes n'en sont donc pas automatiquement dispensées.

Ma femelle de 1ère catégorie, née en 2006, est stérilisée, évaluée, j'ai suivi la formation et ma mairie me refuse de me délivrer le permis. Que puis je faire ?

Il faut indiquer à votre mairie de se reporter à la circulaire NOR IOCA1004754C du 17 février 2010.

En effet, cette circulaire prévoit (deuxième partie, paragraphe 1.2, page 31) les dispositions suivantes :

« toute personne ayant acquis ou détenant un chien devenu de 1ère catégorie à l’âge adulte avant la promulgation de la loi n° 2008-582 du 20 juin 2008 renforçant les mesures de prévention et de protection des personnes contre les chiens dangereux doit se voir attribuer un permis, si le dossier est complet est recevable ».

Il faut cependant noter qu'un maire peut, plus généralement (que le chien soit de 1ère ou 2ème catégorie), refuser la délivrance d'un permis "si les résultats de l'évaluation comportementale le justifient".