Le berger islandais ou le berger d’islande

Voilà encore une race qu’il faut connaître ! C’est le plus petit des bergers nordiques, en poil long ou court et plusieurs couleurs. En fait, même quand on connaît la race, on regarde souvent à deux fois en se demandant s’il s’agit bien de cette race et non d’un cousin !

Son caractère et son comportement :

Ce que dit son standard :

“Il est vif, aimable, curieux et courageux. L’expression de son visage ressemble souvent à un sourire qui traduit sa joie de vivre.”

“Ce chien a un instinct de conduite des troupeaux prononcé et n’est pas attiré par la chasse. C’est pourquoi, il est un chien de conduite des troupeaux particulièrement efficace ainsi qu’un excellent chien de garde sans méchanceté.”

Il est très “chien de travail”, au sens réceptif et rapide, et donc un chien de compagnie “pas bête”.

Son histoire et ses origines pour expliquer la race :
Le Berger Islandais semble issu du Berger Norvégien, encore appelé buhund ( Bu signifiant berger et hund , chien), que les Norvégiens auraient introduit au IXième siècle. Mais à cette époque il pouvait y avoir d’autres spitz, ancêtres de ceux que nous connaissons, et nous ne savons pas vraiment qui descend de qui ! Nous ignorons aussi ce que pouvaient être les chiens indigènes, mais sûrement de type spitz, qui ont donc donné ce petit berger. La race a bien failli disparaître, en raison d’une épidémie de maladie de carré au XIXième siècle, mais fut sauvée, comme toujours par des passionnés, l’histoire se répète pour beaucoup de races !

Il reste assez peu de ces bergers dans son pays d’origine, mais il a eu du succès en Angleterre. On en trouve aussi en Allemagne, et quelques uns en France.

Pour qui l’islandais est-il fait ?

Certains des défauts du berger d’Islande ne lui sont pas spécifiques, et pour d’autres, les connaître sert surtout à les prévenir par l’éducation, pour qu’ils n’apparaissent pas. Enfin, une médaille ayant toujours deux côtés, ils sont souvent le revers d’une qualité. Faites le parallèle entre les deux listes.

C’est un chien doux et gentil, réceptif à l’éducation. Cet ancien gardien de chevaux a aussi le caractère hardi, il faut canaliser sa personnalité joueuse. Ce n’est pas difficile, mais il faut suivre les bons conseils dès le départ !

Il a besoin de se dépenser, de jouer avec des enfants, bien qu’il soit d’un autre côté tout à fait serein et calme à la maison. Plus que d’exercice, il a besoin de gaîté et d’occupation, il ne doit pas devenir morose par ennui, sinon il peut devenir survolté, et aurait alors besoin de remuer.

C’est aussi un chien qui aboie souvent s’il est laissé livré à lui même dans un jardin. Il pourra passer du temps à s’occuper en surveillant et en donnant l’alerte de façon obstinée !

Dans un bon cadre qui lui donne ce dont il a besoin, il pourra se montrer très calme et plus silencieux. Le fait qu’un chien soit silencieux ou bruyant, même si c’est en partie génétique, dépend aussi du fait d’être peureux ou pas. Un chien sûr de lui aboie moins. Cela dépend aussi de son cadre de vie et de l’éducation qu’il a reçu, des habitudes qu’il a prises ou non à l’élevage et lors de son arrivée chez vous.

Par contre il n’est pas agressif du tout de nature, il est même très amical avec l’être humain. Il s’entend en général bien avec les autres chiens, à condition bien sûr de pouvoir établir une hiérarchie claire à chaque rencontre. Comme tous les nordiques, il doit vivre de façon équilibrée avec ses congénères depuis son plus jeune age, et avoir été parfaitement sociabilisé pour ne pas être peureux lorsque vous allez le chercher. La qualité de l’élevage est très importante, et ils sont malheureusement souvent à la campagne. Si votre berger d’Islande connaît déjà bien le bruit et n’a donc pas peur, il donnera moins de la voix.

Ses bons cotés :
Sa gentillesse en fait un chien extrêmement sociable, gai et équilibré.

Il est obéissant si confiance et coopération sont les bases de la relation, rejoignant en cela les autres races primitives, travaillant AVEC et non POUR l’homme.

Chien énergique mais très doux, c’est un excellent chien de compagnie, en particulier avec les enfants.

Vif et éveillé, il aime les activités et apprendre.

Il s’entend plutôt bien avec ses congénères.

Pour suivant qu’il a le poil long, l’entretien n’est pas très important, car la fourrure ne fait pas de nœuds, à part derrière les oreilles. Il reste présentable sans gros brossage, son poil est qualifié d’autonettoyant et il n’en perd pas tout le temps (la mue est nette, sauf s’il vit en appartement et dort dedans).

Il est rustique, ne craint pas vraiment ni le chaud (un bon isolant isole de tout, et dans son pays d’origine, il fait chaud lors du “soleil de minuit”!), ni le froid bien sûr. Il jouit d’une bonne santé et vit vieux.

Position courante !

Les possibles revers de médaille :
Il est rare que l’on mentionne les défauts d’un chien, en général parce que le rédacteur fait partie des gens qui ne sont pas dérangés par ceux-ci. Certains des défauts de l’islandais ne lui sont pas spécifiques, et pour d’autres, les connaître sert surtout à les prévenir par l’éducation, pour qu’ils n’apparaissent pas. Enfin, une médaille ayant toujours deux côtés, ils sont souvent le revers d’une qualité. Faites le parallèle entre les deux listes.

Il est aboyeur, il ne faut pas le laisser faire, et intervenir pour lui montrer votre désaccord, de façon à ce qu’il s’arrête à la demande.

L’idéal pour lui :
C’est d’être un chien de famille, surtout s’il y a des enfants. C’est une bonne pâte.

Si en plus vous pratiquez des activités pour canaliser son énergie mentale, alors c’est parfait !

Utilisation :
chien de compagnie

chien de berger

chien d’utilité et de sport en pistage, obéissance, agility…

A savoir :
C’est une race très variable, y compris au niveau de la taille, si vous comparez certaines “p’tites puces” avec de très grands mâles. Demandez la taille des parents.

La variation des tailles et couleurs en font ressembler certains presque à des shibas sésames (roux charbonnés), d’autre à des spitz finlandais ou à des lapinkoïra…

Entretien : Facile !

Prévoir de bien brosser à la mue.

Conclusion :

Un super petit chien pas trop grand, gentil et affectueux, à condition de ne pas le laisser seul dans un environnement stimulant ses aboiements, et de vous promettre de lui faire faire des activités pour solliciter son intelligence.

Laisser un commentaire