Le Malamute d’Alaska

Voilà un bon gros pépère plus gentil qu’il n’en a l’air ! C’est tout sauf un chien de garde, il est très amical envers l’homme, nettement moins envers ses congénères en général…

Chien de traîneau, il a aussi ses amateurs en tant que chien de compagnie, ou il se trouve souvent mieux que le husky, bien que le samoyède remporte la palme des chiens-de-traîneau-de-compagnie.

Ce chien massif et lourd, tout en étant leste et tonique, surtout pas mou et avachi, est appelé couramment la locomotive des neiges, chien qui trotte tranquillement et arrive toujours à bon port.

Sa sélection reste particulièrement attentive à ne pas gâcher ses qualités, c’est une race qui donne un bon exemple. Je rappelle toujours que la sélection se fait à chaque génération, et qu’il faut moins de temps pour reculer qu’avancer en sélection…

Ses caractéristiques :
Tout d’abord, il faut bien choisir sa lignée et se renseigner, voir les parents, car il faut être sur que les caractères ombrageux que l’on a eu à une époque ont bien disparus, et que le chiot a été bien socialisé.

Un aspect de son caractère se retrouve de toute façon souvent :

Vous lui donnez le bout du doigt, il prend jusqu’au coude… C’est un chien avec lequel il faut de la constance, car les acquis sont facilement remis en question. Brave, mais profiteur…

Son caractère et son comportement :
Que dit son standard ?

« Le malamute est un chien affectueux, amical et non le chien d’un seul maître. C’est un compagnon fidèle et dévoué, enjoué quand on l’y invite, mais généralement impressionnant de dignité à l’âge adulte.

…des yeux en éveil qui expriment intérêt et curiosité.

L’expression est douce et suggère des dispositions affectueuses. »

Plusieurs mentions du standard, au paragraphe du caractère, des yeux ou de la tête, précisent cette douceur du malamute, ce côté débonnaire qui se voit jusque dans la queue qui « a l’aspect d’un panache ondoyant. »

Son histoire et ses origines pour expliquer la race :
Le nom du malamute vient de la tribu indienne des Mahlemiut ou Malemiut, peut importe l’écriture, pour une tribu de tradition orale ! Et l’un des premiers élevages dans les années 30 portait le nom de Kotsebue, la région d’origine des Malemiut. Lors des ruées vers l’or, les chiens ont été énormément utilisés, tous les chiens, d’où de nombreux croisements des chiens indiens et des chiens des immigrants. Les lourds chiens indiens furent aussi utilisés dans les courses organisées en Alaska, puis les huskies venus de Sibérie les surpassent.

Le malamute actuel est issu de la reconstitution du chien autochtone de l’Alaska et la race fut reconnue par l’American kennel Club en 1935.

14 ans

Pour qui le malamute est-il fait ?

Ses bons cotés :
Il est brave !

Il est calme et affectueux.

Il adore les gens.

Il n’est pas trop fugueur (sans le tenter non plus…), mais il n’aime quand même pas beaucoup rester tout seul.

Il est rustique et vit vieux.

Chiot de 5 mois.

Les possibles revers de médaille :
Avec les autres chiens, c’est pas toujours ça…

Il est très profiteur du laxisme.

Il est facilement chasseur de toute bestiole comestible.

Comme gardien on fait mieux, il adopte aussi les voleurs.

A traîneau il faut prendre son temps, et ce n’est pas toujours facile de doubler (euh, de se faire doubler) ou de croiser d’autres chiens.

L’idéal pour lui :
Et puis évidemment ne vous gênez pas pour l’atteler, randonner etc !

Alors, chien de compagnie ou pas ?

Je pense que oui, et sans doute plus plan plan qu’un husky. Il se fait aussi bien mieux à la vie de chien unique. Veillez bien à prendre un chiot de bon caractère et à le socialiser avec les autres chiens.

Utilisation :
Chien de traîneau

Chien de compagnie

Entretien :
Le poil rude du standard ne craint rien, seul un poil trop doux sera moins présentable, en plus de plus lui tenir chaud.

Sinon, quand il mue, il ne fait pas semblant ! C’est l’idéal quand tout part bien et vite (plus long quand le chien vit dedans…)

Santé : rustique, rien à signaler. on conseille la radio des hanches chez les grandes races en général.

Voir notre page générale sur le poil des races spitz.

Conclusion :

Un brave chien à respecter dans sa nature d’origine, et en se méfiant de ne pas se faire déborder par son caractère toujours fort et parfois bien obstiné.

Laisser un commentaire