Le Bruno du Jura

Ce chien typique du jura Suisse est aussi tenace à chasser le gibier que doux et docile avec son maître. Moins connu que le bouvier bernois, moins emblématique aussi que le saint-bernard, le bruno du Jura fait pourtant partie du patrimoine canin helvétique depuis au moins aussi longtemps qu’eux.

L’auteur de la photo de présentation est : Alephalpha

Origine et histoire du Bruno du Jura

Le bruno du Jura fait partie de la race des chiens courants suisses.
Ces canidés sont issus des chiens qui chassaient autrefois dans la vallée du Nil. Les marchands phéniciens en ramenèrent quelques spécimens en Europe. Par la suite, les légions romaines l’importèrent le long de la vallée du Rhône et dans les Alpes. L’historien romain du IIe siècle de notre ère, Arrien, signale que les peuples celtes des Gaules (dont les Helvètes) utilisaient ce type de chiens pour la chasse. La présence ancienne dans nos contrées de ces canidés, est d’ailleurs attestée sur une mosaïque datant de l’époque romaine découverte à Avenches (VD), représentant des chiens de meute correspondant au chien courant suisse actuel.

Entre le XVe et le XVIIIe siècle, ce type de chien fut prisé et recherché par les cynophiles italiens et français, en raison de son aptitude exceptionnelle à la chasse difficile du lièvre. En Suisse, l’élevage de ces chiens courants a probablement été influencé par d’autres chiens courants, de race française ceux-là, que ramenèrent chez nous des mercenaires suisses au service des rois de France.
En 1882, un standard fut établi pour chacune des variétés de chiens courants suisses. En 1933, un standard unique fut établi pour les quatre variétés restantes (trois autres ayant disparu depuis en Suisse). Un nouveau standard a été adopté en 1993, révisé en 2001. Le Club suisse du chien courant suisse (CCC) a été fondé en 1903 à Lausanne.

Caractéristiques physiques

Le crâne et le museau du chien courant suisse sont allongés et étroits. Les mâchoires sont solides. Les yeux sont légèrement ovales. Et les oreilles longues, arrondies et pendantes. Le tronc est légèrement plus long que la taille mesurée au garrot. Les membres sont secs et musclés. Et la queue est de longueur moyenne, effilée à son extrémité et bien garnie de poils.
Le poil est lisse et court (la variété à poil dur n’est plus élevée aujourd’hui qu’en Norvège). Les quatre variétés actuelles de chiens courants suisses se distinguent entre elles essentiellement par la couleur du pelage. En l’occurrence, celui du bruno du Jura est noir et fauve, avec parfois une petite tache blanche au poitrail, qui peut être mouchetée de noir ou de gris.
Au niveau des mensurations, en moyenne, pour un individu adulte, le chien courant suisse mâle atteint au garrot entre 49 et 59 cm. pour 18 à 24 kg, et la femelle entre 47 et 57 cm. pour 16 à 22 kg.

tête d'un bruno du jura
Auteur : Canarian

Sachez encore qu’il existe aussi une autre race de chiens courants suisses, dans les mêmes variétés que les courants dont ils sont issus, mais simplement d’une taille inférieure (entre 33 et 43 cm. au garrot). Ces petits courants sont issus du croisement de grands chiens courants suisses avec des teckels, des terriers et des dachsbracke.

Tempérament

Le chien courant suisse, et le bruno du Jura a fortiori, est vif et passionné de chasse. Bien qu’on le présente comme peu expansif, il est néanmoins très attaché à son maître et aux membres de la famille. Il est même très doux et sans danger pour les enfants. Les éleveurs recommandent une éducation ferme.

Aptitudes

Le chien courant suisse, en particulier le bruno du Jura, est un chien de chasse émérite sur tous les terrains, y compris les plus inaccessibles. Il est surtout utilisé pour la petite vénerie (lièvre, chevreuil, renard et parfois sanglier). Doté d’un flair très fin et très fiable, il est tenace et infatigable à chasser sa proie.

Soins, alimentation et santé

Le chien courant suisse a besoin de grands espaces et d’exercices physiques réguliers. Si on lui offre ceci, il saura s’adapter sans problème à la vie en appartement et en ville.
Le chien courant suisse est une race rustique et robuste. Il faut toutefois surveiller les oreilles, surtout après une journée de chasse.
Côté nourriture, pour un adulte, un seul repas par jour suffit, composé de produits carnés et de l’eau constamment à disposition.

Une grande famille

Il y a aujourd’hui deux races de chiens courants suisses: une de grande taille et une
de petite taille. Chaque race est divisée en quatre variétés (identiques dans les deux races). Chaque variété se distingue l’une de l’autre par la couleur du pelage:

  • le bruno du Jura,
  • le courant bernois (blanc avec des taches noires et des marques feu pâles ou intenses),
  • le courant lucernois (bleu – c’est-à-dire association de poils noirs et de poils blancs – avec des taches ou une selle noire, et des parties fauve clair à foncé sur la tête, le corps et les membres),
  • le courant schwytzois (blanc avec des taches fauve orangé).

Historiquement, existaient trois autres variétés: le courant de Thurgovie, le bruno du Jura type Saint-Hubert et le courant suisse à poil dur (type griffon). Tous trois ont cessé d’être élevés en Suisse suite à l’adoption de standards précis de la race. Si le courant de Thurgovie a ainsi totalement disparu, celui du Jura type Saint-Hubert n’est plus élevé qu’en France, et celui à poil dur plus qu’en Norvège.

Laisser un commentaire

0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez