L’hokkaïdo (ou Aïnou), le kaï, le kishu, le shikoku

Toutes ces races sont des cousines proches, venant du Japon, et devraient se faire leur place grâce à quelques avantages, même si elles sont moins connues que le shiba ou l’akita (le plus petit et le plus grand). Ils sont tous adaptés à être de bons chiens de compagnie, dans le respect de leur personnalité, à la fois calme et éveillée, tenaces et sensibles.

Ce sont des chiens presque inconnus hors de leur pays d’origine, tous déclarés monuments naturels au Japon dans les années 30. Ce sont, à l’origine, des chiens de chasse de régions montagneuses (donnant leur nom à chaque race) qui ont des caractéristiques très proches les unes des autres.

Les principales différences viennent de la couleur. Sinon, l’hokkaïdo est plus petit que le kishu et shikoku, et le kaï un peu plus grand.

Male kishu calme et vigilant. Kishu Hokkaïdo
Leurs caractéristiques :
Que disent leurs standards ?

Hokkaïdo : « Chien d’une endurance remarquable, faisant preuve de dignité et de naturel. Il est fidèle, docile, très éveillé et hardi. »

Kaï : « De tempérament ardent, très éveillé. »

Kishu : « Chien d’une endurance remarquable, faisant preuve de noblesse, de dignité et de naturel. Il est fidèle, docile et très éveillé. »

Shikoku :  » Chien remarquablement endurant, très éveillé, avec une grande acuité des sens, énergique, naturel. Chasseur passionné, il est docile avec son maître. Ces chiens sont tenaces et suffisamment agiles pour parcourir une région montagneuse. »

Leur caractère et comportement :

Tous les japonais ont comme caractéristiques d’être pleins de contrastes, courageux, observateurs, indépendant et attachés à leur(s) maître(s), voir aimant les relations très fusionnelles, propres dès leur plus jeune age et peu aboyeurs, avec une forte personnalité. Leur tolérance avec leurs congénères est variable, mais souvent pas très bonne. Il serait intéressant de mieux différencier les différentes races, car ces quatre-là semblent plus pacifiques que l’akita.

Ils ont tous besoin de beaucoup de socialisation quand ils sont tout petits, et plus tôt que la moyenne des races. Ils sont souvent distants avec les étrangers, ce qui varie avec leur socialisation.

Ce sont de bons chiens d’appartement et d’intérieur, qui aiment satisfaire leur besoin de contact quand vous êtes présents, et capables par ailleurs d’être très autonomes et de rester seuls assez facilement. Calmes à l’intérieur, ils savent aussi être de grands joueurs est de bons sportifs.

Ils ont la réputation d’aimer se percher pour regarder ce qui se passe, y compris sur les branches d’arbres !
Ils sont tous curieux
comme de vieilles chouettes…

Hokkaido. Ne se laissons pas envahir pas ces chiens vifs et agiles!
Fouineurs aussi, dès que vous rentrez avec les courses ils ont envie de mettre le nez dans les sacs. Le moindre mouvement et la moindre nouveauté attirent leur attention, ils viennent voir. Ils ont besoin de sorties pour satisfaire leur besoin de flairer et de canaliser leur attention. En général ils ne sont pas destructeurs, mais aiment attraper et transporter dans leur gueule.

Vis-à-vis de l’homme, mis à part un côté distant avec les inconnus qui varie avec la précocité de leur socialisation, ils sont très affectueux, avec un regard d’une naïveté désarmante.

Les races japonaises ont un regard qui exprime une certaine naiveté.

Avec le caractère bien trempé des races japonaises, ils ont aussi une apparence encore sauvage et naturelle, une simplicité et une naïveté enfantine. Attentif à tout, ce sont des chiens impulsifs et enthousiastes. Vous vous préparez à partir faire un tour ? Votre veste est saluée d’un Houououou ! montrant sa joie.

L’hokkaido sait dire sa joie !

A ne pas confondre avec le long hurlement de solitude, le japonais vocalise fréquemment pour communiquer, et surtout quand il est content.

Joueur, un japonais sautera, l’air coquin et la mine réjouie, « pattes jointes » sur les feuilles d’automne qui volent… comme sur celles qui tombent de votre bureau. C’est un chien qui a aussi un caractère assez « chipie » et qui pourra faire tout un plat d’un bandana qu’on lui aura mis autour du cou, un rictus mécontent remplaçant son sourire habituel. Vous comprendrez qu’il est très expressif et qu’il a sa personnalité !

Pour qui ces chiens sont-ils faits ?
L’intérêt d’un chien de race est de savoir à l’avance si notre choix correspond au mieux à nos attentes. Enfin, une médaille ayant toujours deux côtés, les qualités et les défauts sont souvent le revers les uns des autres. Faites le parallèle entre les deux listes…

Leurs principales qualités :
Indépendants et peu bruyants, donc assez faciles à laisser seuls à la maison.

Attachés à leur maître, voir aimant les relations très fusionnelles, alors qu’ils sont peu intéressés par les étrangers. La relation est très forte.

Propres dès leur plus jeune age.

Peu aboyeurs, mais préviennent à bon escient.

Ce sont des chiens qui désirent être en compagnie quand vous êtes présent à la maison, et qui peuvent apprendre à rester seul en votre absence. Votre chien n’aimera pas rester seul quand il sait que vous êtes là.

Ce sont des chiens qui répondent plutôt bien au dressage, à condition d’avoir une bonne méthode et qu’ils aient une bonne relation avec vous

En tant que chien de chasse, il sera la terreur des rongeurs et jouera comme un chat avec des proies, qu’il ne mangera en général pas (sélection d’origine en tout cas chez l’Hokkaïdo).

Hokkaido sur les genoux, peut-être pas pour longtemps, ils sont vifs et démonstratifs. Hokkaïdo
Leurs principaux défauts :
Indépendants donc leur éducation est à travailler dès leur plus jeune âge.

Il est rigoureusement impossible d’en tirer quoi que ce soit si on s’énerve facilement ou qu’on se met en colère.

Forte personnalité, tout en étant sensible, la méthode de domination (que ce soit physique, ou en impressionnant le chien) est à proscrire.

Il ne reviendra pas toujours bien au rappel, surtout s’il a quelque chose de plus intéressant à faire pour se dire qu’il peut revenir un petit peu plus tard ! Les épisodes de surdité aiguë et passagère ne sont pas rares…

hokkaido

L’idéal pour lui :

Ce sont des chiens qui ont besoin d’avoir été élevés dans un endroits serein et qui ne sont pas faits pour la vie avec beaucoup d’autres chiens, ce qui les rend sinon bien plus actifs par vigilance et par concurrence.
Ils ont absolument besoin de maîtres décidés à se pencher sur le comportement canin et sur les méthodes positives d’éducation. Ils se font très bien à la vie citadine et à l’appartement.

Leur histoire et origines pour expliquer la race :
Hokkaido

Que disent leurs standards ? Un condensé des trois…

« Cette race tire son origine des chiens de taille moyenne qui existaient autrefois au Japon. Elle s’est établie dans le district de Kai… Elle s’est fixée dans les régions montagneuses de Kishu… La race (shikoku) prit son nom de la région…
Lorsqu’en 1937 cette race (toutes!) fut déclarée « Monument naturel », elle prit le nom de la région dont elle est originaire…
Elle est aussi connue (Hokkaïdo) sous le nom de « Aïnu-ken », vus que les Aïnus, les autochtones de l’île de Hokkaido, employaient ces chiens à la chasse à l’ours et à d’autres animaux. Ces chiens servent principalement à la chasse au sanglier et au cerf… »

Ce sont donc des chiens de chasse, instinct encore bien présent, mais non utilisé en France par les chasseurs. Ce sont de bons chiens de compagnie, avec le maître qui leur convient bien sûr.

Par exemple pour l’hokkaïdo, chien de chasse au daim et à l’ours, il était parfaitement adapté à un terrain et à un climat très rudes. Ce n’est pourtant pas qu’un chien d’extérieur, et il adore le contact avec l’homme, sans doute parce que les hommes ont sélectionnés le caractère qui leur convenait pour garder certains chiens avec eux au plus fort des hivers. D’un autre côté, la sélection pour des chiens de chasse à l’ours demandait aussi des caractères bien trempés !

Un mot sur les Aïnus :

L’hokkaïdo vient donc de l’île d’hokkaïdo, au nord de l’archipel, terre d’un peuple minoritaire au Japon, les Aïnous, un peuple indigène du japon, les premiers occupants, arrivés il y a 10 000 ans. L’histoire de ce peuple aborigène ressemble à celle de bien d’autres peuples, et les Aïnus ont été envahi par le peuple japonais dès le milieu du millénaire. La première loi de protection des aborigènes d’Hokkaïdo date de 1899, et, pour des raisons bien sûr de ségrégation qu’ils ont subi, une loi datant de 1997 a reconnu qu’il s’agissait d’une minorité ethnique. Ils vivent comme les autres japonais, tout en maintenant pour certains la culture et la langue Aïnus, mot signifiant « être humain ». Beaucoup de noms de tribus amérindiennes ont aussi cette signification dans chaque langue !

Utilisation :
Chiens de compagnie.

kishu femelle. Kishu

Entretien :
Leur entretien est le même que tous les spitz à poil court.

Voir notre page générale sur le poil des races spitz.

Santé :
Ce sont des chiens rustiques chez qui on ne signale aucun problème de santé particulier, mais il faut dire qu’ils sont rares.

male kai Kaï

Conclusion :

Pour le physique, je vous recommande aussi de voir le :
standard illustré, vous apprécierez de voir des photos, qui sont plus parlantes… et des commentaires précisant ce qui ne se voit pas forcément sur les photos.

Vous pouvez aussi voir ou télécharger le standard de race.

Laisser un commentaire