Le spitz japonais

Voilà un beau chien élégant ! Non ce n’est pas un loulou… Proche du spitz allemand blanc, en taille moyenne, il a le sourire et les yeux en amande du samoyède, jamais les yeux ronds et le petit nez du spitz allemand.

Son caractère et de son comportement :
Que dit son standard ?

“Intelligent, gai, très éveillé. Les chiens bruyants ne sont pas tolérés.”

Ce chien intelligent, gai et très éveillé, comprend rapidement ce qu’on veut lui inculquer car, s’il a de la personnalité, il aime aussi provoquer des félicitations et se faire récompenser.

C’est un chien peu bruyant dans la vie quotidienne, même en jouant, ce qui ne l’empêche pas de se montrer bon gardien et de donner l’alerte dès qu’il y a quelqu’un, car il est relativement méfiant à l’encontre des étrangers. Il s’entend très bien avec les autres chiens et il est possible de lui apprendre à rester seul, même s’il préfère votre présence bien sûr.

Son histoire et ses origines pour expliquer la race :
Le standard est assez explicite :

“On pense que le Spitz japonais descend du grand Spitz allemand de couleur blanche qui a été introduit au Japon vers 1920 après avoir traversé le continent sibérien et le nord-est de la Chine. Vers 1921, cette race a été présentée pour la première fois à une exposition à Tokyo. Par la suite, en 1925, deux couples de grands Spitz blancs furent importés du Canada, puis, jusque vers 1936, de tels chiens furent importés du Canada, des USA, de l’Australie et de la Chine. Leur descendance fut finalement l’objet de croisements en vue d’améliorer la race. Après la seconde guerre mondiale, en 1948, un standard unifié de la race fut établi par le Kennel Club japonais ; ce standard est resté en vigueur jusqu’ici.”

Son origine est assez controversée puisqu’on entend parler aussi de sang samoyède, mais s’il est rieur comme le samoyède, il est plus probable comme l’indique le standard, qu’il descende du spitz allemands blancs.

La sélection des japonais fit la spécificité de la race, avec une taille équivalente au spitz allemand moyen.

Par contre, selon le standard, au lieu de conserver la race qu’ils avaient importé, les japonais on estimé avoir “amélioré la race” ! A vous de juger…

Pour qui le spitz japonais est-il fait ?

Ses bons cotés :
C’est un chien très sociable, intelligent, gai et éveillé.

Il s’entend bien avec les autres chiens.

Il a été sélectionné sur un tempérament silencieux.

Les possibles revers de médaille :

Pas grand chose à signaler…

Un chien intelligent a besoin d’être occupé, sinon ses occupations risquent de vous déplaire.

Certains font des cernes aux yeux, qu’il faut nettoyer à vie, c’est une questions de canaux lacrymaux, et certaines lignées peuvent être mieux que d’autres.

L’idéal pour lui :
Une famille avec des enfants ou des retraités seront parfaits pour lui.

Il faut avoir le temps de s’occuper de son entretien, même s’il n’est pas important.

Utilisation :
chien de compagnie

Entretien :
Le poil reste facilement propre avec un brossage simple, plus un étrillage lors de la mue.

Le poil d’été après la mue est très différent du plein poil !

Le poil redevient blanc à la brosse, mais il faut le faire plus que sur un chien noir !

Voir notre page générale sur le poil des races spitz.

En mue

Sa tête étant plus allongée que celle du spitz allemand, et ses yeux plus en amande, ils devraient ne jamais être trop ronds et rester secs. Mais certains pleurent, d’où des traces indélébiles sur le poil, et il faut les nettoyer et sécher tous les jours.

Très robuste, il ne présente pas de maladie particulière.

Conclusion :

Une alternative au spitz allemand plus silencieuse et avec une tête plus naturelle et moins ramassée.

Laisser un commentaire