Le cavalier King Charles

Très populaire en Grande Bretagne, ce petit épagneul, dont l’origine est très ancienne, était à la mode dans les cours royales européennes aux XVIIè et XVIllè siècles. Il n’est pas rare de découvrir, sur les gravures et tableaux des peintres de l’époque, un petit cavalier blotti dans de somptueuses robes. De cet état de « Chien de Cour » le Cavalier a gardé une démarche fière et un caractère affirmé.

Le cavalier king charles fait partie des chiens du Groupe 9 Chien de compagnie ou chien d’agrément.

Aspect : Chien actif, gracieux, bien proportionné, à l’expression douce, plein d’allant.

Tête et crâne : Presque plat entre les oreilles, stop peu accusé. La longueur de la base du stop au bout du museau est d’environ 1,5 pouce (3,81 cm). La truffe est noire, bien développée sans tache de ladre. Le museau va en s’amenuisant.

Les lèvres sont bien développées mais non pendantes. La face doit être bien remplie sous les yeux.

Yeux : Grands, sombres et ronds mais pas saillants, bien écartés.

Oreilles : Longues, attachées haut. Frangées abondantes.

Robe : Poil long, soyeux, sans boucle ne doit pas être écourté.

Corps : Poitrine moyenne. Le rein est court. Les côtes sont bien cintrées. Le dos est droit.

Pieds : Compacts, pourvus de bons coussinets, bien emplumés.

Queue : La longueur de la queue est proportionnée à celle du corps. Elle est bien attachée, portée joyeusement, mais jamais très au-dessus de la ligne de dos.

Allures : Mouvement dégagé et élégant, avec beaucoup d’impulsion de l’arrière.

Couleurs : 4 couleurs comme le King Charles, Black and tan,tricolore, Blenheim et Ruby.

L'EDUCATION DU CAVALIER KING CHARLES: Toutes les astuces pour un Cavalier King Charles bien éduqué

2 d'occasion à partir de 27,27€
Livraison gratuite
Dernière mise à jour effectuée le: 21 juillet 2019 21 h 07 min
in stock
15,23

Les couleurs du cavalier king charles

Blenheim (prononcez blénem)

MAR FAU PAN BLA
Marquée de fauve, à panachures blanche.

qui le rapproche de l’épagneul breton, Ah ! perfide Albion…
Les taches rouges, couchées sur un blanc perle, doivent être bien réparties et bien placées. Une liste bien marquée doit scinder la tête, plus joliment marqué si elle est ornée d’une « pastille » ou « lozenge » de la taille d’un penny.2810 naissances en 2007
37%

La robe Tricolore (prononcez tricolour).

NOI MAR FAU PAN BLA
Noir, marqué de fauve, à panachures blanches.

De loin, la plus répandue actuellement…
Le corps et la tête portent une alternance de blanc et de noir et des touches de marron se situent en quelques endroits.
Les touches de « feu » doivent être présentes : au-dessus des yeux, sur les joues, à l’intérieur des oreilles, des membres et à la naissance de la queue.

3098 naissances en 2007
41%

La robe ruby (prononcez reubi)

FAU
Fauve.

La couleur doit être soutenue, d’un rouge intense (en Bourgogne, nous n’avons pas de mal…).
Evitez cette couleur si vous avez beaucoup de bois chez vous.

Devinez-vous pourquoi O’Kland est surnommé de la « couleur des portes » ?
582 naissances en 2007
8%

La robe Noir et feu (prononcez blaquaintann)

NOI MAR FAU
Noire marquée de fauve.

La robe la moins salissante (que ceux qui ont des voitures noires me jettent la pierre).
Le noir est corbeau, les taches de fauve soutenu sont placées au-dessus des yeux, sur les joues, à l’intérieur des oreilles, sur l’avant des membres inférieurs et sous la queue.

897 naissances en 2007
12%

Le dressage

Le cavalier king charles est un chien assez facile à éduquer. Ils ont besoin d’être bien socialisé, de beaucoup sortir de chez eux. Je conseille souvent au moins 3 sorties par jour. Il est important que votre chien sorte de chez vous afin d’avoir un contact social et environnementale différent chaque jour. Un chien qui ne sort pas peut développer des « tocs ». Si vous souhaitez avoir un chien facile, c’est la clé pour réussir. Je vous conseille également de participer à une école du chiot afin qu’il apprene à communiquer avec les autres chiens. En ce qui concerne l’éducation ou le dressage, je vous propose de choisir des méthodes douces. Vous ne devriez pas être trop dur avec votre chien et travaillez plutôt avec des friandises. Il est important de choisir le renforcement positif comme méthode d’entrainement pour votre chien. Vous ne le regretterez pas.

Le comportement du CKC

Existe t-il un autre animal aussi touchant, émouvant que le cavalier ?

Selon le standard officiel du cavalier king charles spaniel :
« COMPORTEMENT / CARACTERE : Plein d’allant, affectueux, il n’a vraiment peur de rien… Gai, amical, non agressif, aucune tendance à être craintif.»
Le cavalier king charles est doté d’un esprit vif, il est très curieux, très éveillé.
C’est non seulement un agréable animal de compagnie, mais également un chien très dynamique.
Il adore chasser, en raison de ses origines.

Il aime passer du temps au pied d’un muret pour apercevoir un lézard, scruter le ciel pour essayer d’attraper un insecte ou un oiseau.
Il aime les joies de la vie au grand air, mais se complaît aussi à feignasser dans un appartement.
Dénué de timidité et peu cabochard, le cavalier est vraiment une « bonne pâte ». C’est le compagnon idéal pour une personne âgée, une personne en convalescence ou un(e) adolescent(e). Sans être un médicament, il permet, par sa sociabilité, de soigner, de faire retrouver confiance, de redonner le moral à ceux qui en ont besoin. Au 16ème siècle, le médecin de la reine Élisabeth I lui accordait des vertus thérapeutiques, le cavalier, placé sur le ventre calmait, par réchauffement, les maux d’estomac. Quant il jappe, le cavalier prévient de l’arrivée d’un nouveau camarade de jeu…
Ne cherchez pas dans le cavalier l’âme d’un féroce gardien, s’il aboie à la vue d’un visiteur étranger c’est pour mieux l’enjôler, pas pour l’effrayer, ni pour se montrer agressif.

Le cavalier est un infatigable compagnon de jeu, mais aussi un beau pantouflard, il est attiré par le canapé (ou son panier) de nombreuses heures par jour.
Respectez son rythme de vie.

Evitez les coups de fil, l’après-midi, votre compagnon à vos pieds ; le cavalier a la fâcheuse tendance de ronfler, votre interlocuteur mettrait en doute votre sérieux.

Le cavalier est un chien qui s’éduque très facilement et qui est très facile à vivre.
Comme tous les animaux, le cavalier demande de l’attention.
Un chien de compagnie est un chien destiné à la compagnie ; n’attendez donc pas de ce chien de le laisser toute la journée seul sans retrouver quelques bêtises ou friponneries. Seul, il s’ennuie ferme.
Gourmand de câlins, insatiable de bisous, il aime suivre son maître dans ses déplacements.
Pour le prendre avec vous, rien de plus facile, mettez-lui sa laisse, munissez-vous d’une écuelle (votre hôte la remplira d’eau) et de quelques friandises ; il adoptera vite les personnes que vous lui présenterez…

Habituez très jeune votre chien à voyager. En voiture, séparez-le du poste de conduite par un filet placé derrière les sièges. Mieux, attachez-le à l’aide d’une ceinture de sécurité spéciale. En cas de freinage brusque, il est soumis, lui aussi, aux mêmes lois de la cinétique.
En train, en avion, en bateau, n’oubliez pas de vous acquitter de son titre de voyage.

Nous ne sommes pas en Angleterre au 18ème, assurez-vous que votre animal peut entrer là où vous voulez qu’il vous accompagne, de nombreux accès restent interdits aux animaux, même portés ou tenus en laisse.

Le cavalier peut vous suivre partout, mais prenez quelques précautions.

Suivez les recommandations de votre vétérinaire conseil, tenez votre cavalier à jour de vaccination et de vermifugation.
Pendant les promenades, évitez-lui de boire dans des flaques. Arrivé à la voiture, donnez-lui de l’eau propre, il la boira tranquillement dans son écuelle.

Le cavalier est tellement amical qu’il est attiré par les autres animaux, il ne prend pas garde de leur attitude et risque de se faire blesser par eux.

Le cavalier s’accommode de la présence d’autres animaux de la même race, de la même espèce ou d’espèces différentes. Il s’entend bien avec les chiens de grande taille, les chats, les furets, les chevaux, les ânes … et bien d’autres encore.
Il adore les lapins et les volailles, mais pour des qualités gustatives…

Les cavalier très anglais

« Les chiens n’ont qu’un défaut…ils croient aux hommes » Elian J. FINBERT, écrivain. »

Qui pourrait rester insensible devant le charme de cette race ?

Ce chien au nez camus est un aristocrate du « chic anglais ».

Depuis le 15ème siècle, il figure sur les portraits et les scènes de vie des grands de ce monde.

Dans son standard on peut lire :

« Aspect général : chien actif, gracieux, bien proportionné, à l’expression douce ».

Son port altier le distingue souvent des autres épagneuls, le cavalier possède de la classe, du raffinement.
Les rois ont perdu leurs empires, à cause de leurs cavaliers, délaissant souvent les charges du royaume pour des mises bas, pour la chasse ou pour le jeu.
Les médecins y on perdu leur latin (langue médicinale), les rois et nobles rendaient souvent leur dernier soupir en présence de leurs petits favoris.
Les Londoniens y ont perdu leur anglais, à chiens exceptionnels mesures exceptionnelles, ces cabots étaient les seuls à pénétrer dans les lieux publics de la City et au Parlement.

« Chose étrange, l’on apprend la tempérance aux chiens… et l’on ne peut l’apprendre à l’Homme ! » Jean de La FONTAINE, fabuliste

La santé du cavalier king charles

Le cavalier ne requiert pas un suivi vétérinaire exceptionnel.
Ce chien, bon pépére, est aussi un excellent sportif, s’illustrant souvent dans les épreuves d’agility. Il appréciera de vous accompagner dans de longues promenades en forêt, dans un footing, dans une ballade en roller ou simplement en ville. Bien que de petite taille, ce petit compagnon peut être infatigable…
Au point de vue de sa toilette, pas de frais inutiles…
Un petit coup de coton sur les yeux, un petit coup de brosse sur les oreilles, une tape amicale sur les fesses, et, c’est parti pour la journée. Une douche par mois, en général, lui suffit.

Ne le rendez pas neurasthénique en lui imposant des bouclettes, des chaussons ou un manteau. Il est d’une constitution robuste et ne craint pas spécialement les frimas.

« La santé, dépend plus des précautions, que des médecins » Jacques Bénigne BOSSUET, théologien et écrivain dijonnais.

Certaines revues, certains sites web sont alarmants : le Cavalier King Charles est un chien à problème.
Qu’en est-il vraiment ?

Certains des problèmes décrits sur cette page sont liés au phénotype excessif de certains Cavalier (museau très court, petit gabarit).

Actuellement, le club de race, le Club des Epagneuls Nains Anglais, afin de voir disparaître certains défauts liés à la brachycéphalie, recommande la production de chiots avec un museau plus long et incite les éleveurs à des contrôles de santé de plus en plus exigeants.

Les pathologies possibles du Cavalier King Charles :

Les maladies citées peuvent êtres dépistées, diagnostiquées et traitées par les vétérinaires dans le cadre d’un suivi régulier et adapté chez le chiot, le chien et chez le chien âgé.

Nota : les pathologies présentées ne sont pas spécifiques à la race, ce sont celles les plus rencontrées. Il est important de comprendre qu’avec une population croissant de plus de 6 000 naissances (de chiens au LOF) par an, les différents recensements de cas de maladies doivent être remis dans un rapport équitable. Le Cavalier n’est pas un chien fragile.

Liées à sa morphologie brachycéphale (adj. : qui a le crâne presque aussi large que long, crâne arondi et peu allongé) :

la sténose des narines :
Mauvaise structure des narines extérieures qui induit, pendant l’effort, une respiration par la bouche : le cartilage alaire trop souple obstruant alors l’orifice nasal. La pathologie entraîne souvent un cornage lors des manifestations d’exitation.

l’exophtalmie :
Saillie anormale des globes oculaires hors de l’orbite.

la luxation de la rotule et la dysplasie coxo-fémorale :
Pathologies ostéo-articulaires souvent héréditaires entrainant une démarche anormale.

la parodontite :
Minéralisation de la dent dûe à la plaque dentaire et transformation en tartre.

la persistance des dents lactéales :
Persistantes de certaines dents « Doubles crocs » (doubles canines) lors de la chute des dents lactéales (de laits).

Les défauts majeurs entraînent la non confirmation de l’animal

Les défauts morphologiques sont signifiés par les juges de race lors des confirmations ou des concours de beauté.

Les défauts mineurs sont portées sur les slips de jugement lors des expositions de beauté.

Le rôle de l’éleveur consciencieux :
écarter de la reproduction les animaux déclarés atteints par les maladies héréditaires ou présentant des défauts majeurs transmissibles.

L’hernie ombilicale :

C’est un « sac » graisseux ou contenant, pour les plus gros, une partie d’organe faisant saillie sur l’abdomen.

Les pathologies oculaires chez le Cavalier :

– la luxation de la glande nictitante :
Saillie de la « troisième paupière » au coin interne de l’oeil.

– le distichiasis et le trichiasis :
Défaut d’implantation de cils provocant une inflammation de la cornée.

– les cataractes :
Opacification du cristallin qui peut affecter le chiot (cataracte juvénile) ou l’adulte (traumatique, diabétique, sénile,…).

– la Kérato-Conjonctivite Séche :
Inflammation de la conjonctive et de la cornée causée par une insuffisance de larmes ou synchrone à une maladie ou à une intoxication.

– la Dysplasie rétinienne :
Présence de plis des couches externe de la rétine, due à une mauvaise orientation des photorécepteurs, c’est une affection congénitale non progressive chez le cavalier.

– l’Atrophie Progressive de la Rétine (APR) ou dystrophie des cônes et des récepteurs :
Dégénérescence progressive, tardive et bilatérale de la rétine, entraînant une cécité complète chez l’adulte. C’est une maladie héréditaire.

L’endocardiose mitrale :

Dégénérescence de la Valve Mitrale (MVD : mitral valve disease) est une atteinte de la partie gauche du coeur. Fréquente chez les petites races de chiens, elle se manifeste par un grossissement du coeur avec une augmentation de la taille de l’atrium gauche (oreillette).

Valve mitrale : valve séparant l’atrium gauche du ventricule gauche. Elle est composée de deux feuillets qui empêchent le sang de refluer vers l’atrium pendant la contraction du ventricule.

A l’échocardiographie, l’endocardiose mitrale se manifeste par :

  • au stade 1 : un discret épaississement des valves mitrales ou par la présence de nodules de collagène ;
  • au stade 2 : en plus, une déformation des feuillets mitraux (allongement, cassure) avec fermeture à plat ;
  • au stade 3 : en plus, une dilatation de l’atrium gauche, entraînant un défaut de fermeture et d’étanchéité de la valve (flux systolique mitral négatif = souffle) ;
  • au stade 4 : en plus, les cordages de retention des feuillets mitraux sont allongés ou rompus.

La dégénérescence de la valve mitrale peut être détectée à l’aide d’un échographe Doppler qui permet :

  • de contrôler la forme et la mobilité des feuillets ;
  • de visualiser la forme des feuillets lors de la fermeture de la valve mitrale ;
  • mettre en évidence un jet de régurgitation en systole (fuite/souffle) ;
  • de calculer le rapport de taille des diamétres du ventricule gauche (fraction de racourcissement) ;
  • de mesurer le grossissement du coeur.

Le premier signe clinique de la MVD n’est pas le souffle cardiaque, il n’apparaît qu’à partir du stade 2 ou 3 de la maladie.

Si le chien ou le chiot ne présentent pas de souffle cardiaque, il ne faut pas, pour autant, le considérer exempt de MVD.
La MVD est une maladie qui peut être diagnostiquée précocement par un spécialiste ou par un vétérinaire équipé d’un échographe performant et d’une sonde adaptée.
Un protocole de dépistage (fréquence et méthode de test) de la MVD est disponible sur le site du club de race : Protocole d’examen du CENA

Si un éleveur fait contrôler ses reproducteurs, il doit être en mesure de vous présenter les résultats des examens échocardiographiques soit, établis par l’examinateur, soit, établis par un lecteur officiel.

Si votre chien ou chiot est affecté par un problème cardiaque :
Faites réaliser un suivi vétérinaire à fréquence semestrielle, au minimum.
Suivez bien les recommandations de votre vétérinaire en matière d’alimentation : il existe toute une gamme de produits spécialement formulés pour les animaux atteints d’affections cardiaques

L’entretien

  • le nettoyage du poil et la surveillance de la peau,
  • la surveillance des conduits auditifs, des yeux et de la dentition,
  • le contrôle des pattes et articulations.

Les outils nécessaires pour l’entretien des oreilles, des yeux et des dents :
un « dissolvant » de cérumen,

  • du sérum physiologique (ou des lingettes spécifiques),
  • dans certains cas, un déjaunissant oculaire et une crème siliconée,
  • un déodorant buccal,
  • du dentifrice canin.

Certains chiens ont une mauvaise haleine, mais, le mauvais entretien des dents n’est pas le seul facteur capable de faire apparaître ce phénomène, attaquez-vous à la cause, plutôt que de masquer l’effet.
Une mauvaise haleine peut résulter :

  • d’un excès de tartre dentaire,
  • d’une infection de la cavité buccale,
  • d’une mauvaise alimentation,
  • d’un dysfonctionnement rénal,
  • et caetera …

La surveillance de l’haleine nécessite une surveillance hebdomadaire (en même temps que le contrôle de l’état de la dentition).

La santé bucco-dentaire est importante chez le chien.
L’abrasion des dents lors des repas ou du mâchouillement de bâtonnets en peau de buffle ou de bâtonnets enrobés de substances enzymatiques (à action nettoyante), reste l’action la plus efficace contre l’apparition de tartre.
Il est possible d’utiliser des pâtes dentifrices appliquées avec un doigtier, des compléments alimentaires ou des granulés homéopathiques qui ramollissent le tartre.
Les actions efficaces sur les dents entartrées : l’utilisation d’une curette si l’animal est coopératif, à défaut, le détartrage chez le vétérinaire (sous anesthésie).

Les dents nécessitent une surveillance hebdomadaire.

Pour les papattes :

  • une pince coupe-ongles à «guillotine»
  • des lingettes nettoyantes,
  • un spray de protection pour les coussinets plantaires.

L’alimentation du cavalier king charles

Une alimentation sèche « premium », favorise l’entretien des dents, maintient un beau pelage et évite l’embonpoint.
L’exercice physique, au travers de ballades, permet l’élimination des toxines et le brûlage des graisses excédentaires. Un traitement antiparasitaire, administré régulièrement, vous permettra de prévenir votre petit compagnon de parasites internes ou externes.
Pour le cavalier, le secret d’une pleine forme et d’une longévité passe, pour la plupart, par une alimentation équilibrée, un entretien physique régulier, une prévention antiparasitaire et l’amour de son maître.

Comme il ne cherche qu’à vous faire plaisir, le cavalier vit heureux longtemps s’il est bien dans sa tête.

Consultez notre guide sur les croquettes : les meilleures croquettes pour chien, voici la version pour les meilleures croquettes pour chiots.

Voici la meilleure nourriture à donner à son cavalier king charles.

Ou acheter un cavalier ?

De nombreux postulants recherchent des chiots « peu chers », se moquant complètement des origines, du mode d’élevage et du soin porté aux animaux.
Des particuliers, des « soit-disant » éleveurs, des « marchands » de chiens cassent les prix et proposent des chiots au mépris des lois, de la réglementation en vigueur, de l’éthique et de recommandations en matière de santé animale.
Les chiots achetés viennent à leur tour alimenter, par leur reproduction, un marché parallèle.
(La tolérance apportée actuellement en matière de vente, pour un non professionnel, est de 2 portées par an, toutes races confondues)

A l’instar d’autres éleveurs, je dois, à mon tour, vous apporter quelques précisions sur les frais supportés dans un élevage :
Pour un dépistage des reproducteurs :

  • Analyse ADN absence de maladie génétique + id. génétique : environ 100 euro par reproducteur,
  • Dépistage MVD par échocardiographie : environ 75 € par animal,
  • Contrôle absence tare oculaire : environ 55 € par animal,

Pour une mise bas sans problème et traitement des chiots :

  • Contrôle vétérinaire avant et après mise bas (dont 1 radiographie) : environ 140 €,
  • Vermifugations (maman et chiot) + médicaments associés à la mise bas : environ 45 €,
  • Primo-vaccination CHPPiL : environ 37 € par chiot,
  • Identification électronique : environ 50 € par chiot,
  • Alimentation femelle gestante/allaitante + aliments chiots (petite portée) : environ 150 €.

Vous comprendrez aisément qu’un éleveur qui, respecte les bonnes règles de l’élevage (installations, déclarations, cotisations, taxes…) , soigne ses animaux (alimentation, traitements et soins) participe à l’amélioration de la race (dépistages des maladies, prévention sanitaire, adhésion à des clubs et à des organisations professionnelles…), se perfectionne (colloques, conférences, séminaires…), assure sa promotion (encarts publicitaires, site internet…) et est aussi respectueux de ses clients (documents d’accompagnement, suivi des clients…) ne peut lutter aisément contre le marché parallèle et le trafic des chiens originaires des pays de l’Europe de l’Est.
Un chiot, dont les parents n’ont pas fait l’objet de dépistage, dont la socialisation n’a pas été réalisée, qui n’a pas reçu une alimentation et une attention particulière, qui a reçu un suivi vétérinaire abscons peut se révéler très cher après acquisition…

A savoir quand on achète un chien

Nous vous recommandons :

  • d’acquérir votre chiot chez un éleveur en situation régulière et possédant un affixe ; vous favoriserez ainsi l’amélioration de la race.
  • d’acquérir votre chiot chez un éleveur qui apporte un soin particulier à son « cheptel » sans posséder trop d’animaux ni trop de races.
  • de ne pas verser d’argent avant la naissance du chiot pour les petites races ; si l’éleveur prétexte avoir une grande liste d’attente, tant mieux pour lui, un chiot se choisit pour ses qualités physiques et comportementales.
  • d’acquérir un chiot dans un élevage ou les tares sont dépistées même chez les reproducteurs non cotés ; il en va de la santé de votre animal.
  • après l’achat de présenter rapidement votre chiot à votre vétérinaire (1 à 5 jours); dans le cadre du recours possible contre le vendeur.

Lors de l’achat, exigez les documents relatifs à la transaction, c-à-d :

  • le contrat de vente ou l’attestation de cession faisant le description complète du chiot, indiquant l’identité du vendeur et de l’acquéreur, désignant la parenté de l’animal, rappelant la réglementation de la vente, notamment les recours possibles
  • le volet A de la carte d’identification de l’animal (signé par les deux parties) [le volet B est transmis par le cédant à la SCC avec le réglement idoine],
  • le certificat de bonne santé, datant de moins de 5 jours, si le vendeur n’est pas un professionnel
  • le document d’information sur les caractéristiques et les besoins de l’animal
  • le carnet de santé (si l’animal est vacciné).

Acheter un Cavalier King Charles doit être un acte réfléchi, mûri.
Votre chien ne doit pas être imposé, mais plutôt attendu ; il est plus prudent que toute la famille adhère, pas d’achat surprise.
Afin d’éviter des déconvenues, il convient de budgéter l’arrivée du chien dans la famille ; au-delà du prix de l’animal, il y a certains frais incontournables liés à l’entretien, mais parfois se cachent des mauvaises surprises, des accidents et des maladies.

Avec un achat en élevage canin, vous ne favorisez pas une production anarchique qui « gangrène » actuellement le marché canin.
La plupart des éleveurs sont motivés par une passion : celle de la race, celle de produire l’excellence.
Une réputation ou un travail ne se bâtit pas sur des couardises, l’éleveur évolue dans un cadre réglementé, encadré.

Actuellement beaucoup de pseudos éleveurs enfreignent les règles de base de la profession, en essayant de surfer parfois sur des phénomènes de mode. Le Cavalier King Charles est l’un des chiens de race les plus produits en France, le pire côtoie le meilleur…
La connaissance d’une race ne s’apprend pas en quelques mois et l’obtention d’un affixe n’est pas la reconnaissance d’un savoir-faire. Le prix d’un chiot n’est pas significatif, mais il permet d’apprécier, avec précaution, le type d’animal que vous obtiendrez.
Préférez un animal de race, dont vous verrez les parents, dont vous pourrez examiner les papiers et dont vous pourrez vérifier les examens vétérinaires réalisés.
Pour produire des chiens de race, il suffit d’avoir deux reproducteurs inscrits à titre définitif au LOF et de les marier ensemble.
Mais faut-il encore déclarer en temps et heure la saillie, la naissance et inscrire la portée au LOF.

Mais certains mariages ne sont pas recherchés : le mariage base blanche (tricolore et blenheim) avec unicolore (ruby et noir et feu) donne souvent des erreurs de tâches. Mais le pire encore et de faire reproduire des animaux qui ne sont pas dépistées de tares héréditaires. Le Cavalier King Charles est sujet à des défauts majeurs que certaines personnes ne dépistent toujours pas : des problèmes cardiaques et des problèmes ophtalmiques.

Assurez-vous d’obtenir un chiot issu de parents dépistés de tares héréditaires.

Le cavalier King Charles
4.3 (86.67%) 3 vote[s]
Nous serions ravis de connaître votre avis

      Laisser un commentaire

      Rémi Guérin : éducateur canin et comportementaliste pour chien